S.E.R.E.T.

Société d'Etudes et de Recherches en Thérapeutiques.

Voir Video à https://www.youtube.com/my_videos?o=U

Vidéo sur la déglutition  par radio cinéma:  https://youtu.be/xsx2D62l3w4

 

 https://youtu.be/xsx2D62l3w4

 

BASES

TRAITEMENTS DU SADAM

PROFESSIONNELS ARTICLES

CONGRES ET FORMATIONS

 

  • ARTICLES DE R. FENART

LIVRES

DENTS ET ENFANTS

AUTRES PAGES

 

L'OCCLUSION DENTAIRE

  • L'occlusion dentaire est l'étude de l'engrènement des dents.

  • L'occlusion dentaire obéit à des règles très précises, établies depuis de nombreuses années.

  • L'application stricte des règles de l'occlusion dentaire est la base même de l'art dentaire car elle est assure un confort au patient, elle maintient la mandibule en équilibre de manière à éviter l'apparition d'une dysfonction temporo-mandibulaire.

L'OCCLUSION STATIQUE NORMALE

Les dents maxillaires recouvrent les dents mandibulaires. Les prémolaires et les molaires présentent des reliefs qui s'emboîtent les uns dans les autres à la manière d'un engrenage. L'implantation des dents n'est pas verticale. Il existe une orientation externe (vestibulaire) des dents postérieures maxillaires et une orientation interne (palatine ou linguale) des dents mandibulaires.

Sur ce schéma les molaires maxillaires recouvrent les molaires mandibulaires. L'engrènement se fait par la rencontre des cuspides dans les fosses des dents antagonistes. La cuspide du côté de la joue est appelée vestibulaire, celle du côté langue est appelée linguale. Les dents postérieures, molaires et prémolaires, sont faites pour mastiquer et supporter des pressions importantes :

  •  50 kg/cm² au cours de la déglutition qui se produit de 1.5OO à 1.800  fois/jour.
  •  80 à 120 kg/cm² au cours de l'effort, du stress et du bruxisme qui est l'habitude inconsciente de grincer des dents
  •  25 kg/cm² au cours de la mastication. La pression diminue en raison de l'interposition du bol alimentaire qui s'écrase sous la pression. La mastication est la fonction la moins fréquente (environ 30 minutes par jour).

Les incisives et les canines sont plus longues que les dents postérieures et ne s'emboîtent pas. Les incisives sont destinée à couper et les canines à "tuer" tout au moins chez les animaux carnivores. Elles ont aussi un rôle de guide des mouvements mandibulaires de propulsion (mouvement antérieur) et de diduction (mouvement latéral de la mandibule).

La propulsion est possible grâce au désengrènement des dents postérieures provoqué par la rencontre des incisives qui font descendre la mandibule pour pouvoir se mettre bout à bout puis que les incisives mandibulaires dépassent les incisives maxillaires. 

 

 Positions des condyles, des molaires et des incisives au cours de lu mouvement de propulsion mandibulaire. 
Schémas de Benoît Delattre 

Le même phénomène se produit lors du déplacement latéral de la mandibule  La canine mandibulaire heurte son homologue maxillaire qui est inclinée  latéralement. Ceci provoque un abaissement de la mandibule qui libère l'engrènement des prémolaires et des molaires pour permettre un mouvement harmonieux. 

 Ces guides nous servent dans toutes les fonctions qui requièrent le déplacement de la mandibule : mastication, déglutition, phonation, rire, respiration, mimique etc. 

Rappelons que les mouvements fonctionnels de la mandibule sont soumis :

  1. A l'occlusion qui détermine la liberté de mouvements de la mandibule en fonction des rapports normaux ou anormaux des dents entre elles.
  2. A la déglutition
  3. A la posture
  4. A l'architecture crânio-faciale qui va jouer sur les rapports d'occlusion des dents entre elles et de la mandibule avec le maxillaire.

LA MALOCCLUSION

La malocclusion peut être :

  •  Naturelle par une mauvaise implantation des dents lors de leur éruption dans la cavité buccale.
  •  Acquise à cause de soins dentaires effectués au cours des années.

LES ANOMALIES DE L'OCCLUSION

NATURELLES

Au cours de l'implantation des dents de nombreuses anomalies peuvent s'installer :

  •  par une anomalie génétique
  •  à la suite de la succion d'un objet ou du pouce qui va avoir une influence néfaste sur la mise en place des dents.
  • des troubles posturaux
  • une déglutition anormale

La prévention et le traitement passent par l'orthodontie, l'arrêt de la succion, la correction des troubles posturaux et de la déglutition.

ACQUISES

Il arrive que l'occlusion soit modifiée à l'occasion de traitements dentaires : caries, pose de  prothèses fixes ou mobiles, extractions.

La sensibilité des contacts dentaires est de 5/100e de millimètre.

Le traitement des caries  :

Un amalgame qui obture une dent cariée peut modifier les rapports avec la dents antagoniste et créer un déséquilibre. Dans ce cas le patient aura, pendant quelques jours une sensation d'inconfort qui disparaîtra en quelques jours, par assimilation de la nouvelle sensation par le cortex cérébral.

Les prothèses fixes et mobiles

De la même manière couronne, bridge ou prothèse mobile peuvent, évidemment, engendrer un déséquilibre.

Les extractions

Elles perturbent l'occlusion si la dent extraite n'est pas remplacée. Le vide laissée par la dent absente provoque, au bout d'un certain temps, une version vers l'avant de la dent qui se trouve derrière celle qui a été extraite, une extrusion de la dent qui se trouve en face de la dent manquante.

La version et l'extrusion créent, alors, une prématurité et un glissement des dents entre elles. Ce qui modifiera la position de la mâchoire lorsque les dents sont serrées.

La malocclusion est insidieuse, car elle se constitue progressivement, à l'insu du sujet. Ce n'est que lorsque le déséquilibre engendre des douleurs que le patient consulte. 

Sur les radios panoramiques, il est facile de voir ces déplacements anormaux des dents qui vont induire le déséquilibre.

Des dysfonctions temporo-mandibulaires apparaissent après l'extraction d'une dent postérieure parce qu'elle stabilisait une occlusion fragile.

 

Sur ce panoramique, l'occlusion est très perturbée parce que une molaire a été extraite et que sa voisine s'est couchée vers l'avant créant un vide qui a permis aux molaires du haut de descendre.

Sur ce panoramique, outre un trouble de l'occlusion, il existe une asymétrie de la mandibule. Il s'agit d'un cas d'hypercondylie. Le condyle droit a poursuivi sa croissance. Ce qui donne une asymétrie complète de la mandibule. La patiente souffrait de rachialgies et de migraines mais n'avait pas de douleur au niveau de la face.

Sur ce panoramique les contacts des dents postérieures empêchent l'engrènement des autres dents. La mandibule glisse vers le côté droit. il existe une arthrose des condyles qui ont perdu leur forme arrondie. La mandibule est  déportée vers la gauche (le condyle gauche est plus haut que le droit) sous l'effet de prématurité et de glissement sur les molaires droites et version des molaires gauches.

Asymétrie des branches montantes de la mandibule, chez une adolescente qui avait bénéficié d'un traitement d'orthodontie.


Ce qui se trouve sur ce site est la propriété du S.E.R.E.T ne peut être copié ou utilisé sans autorisation écrite.

POUR NOUS CONTACTER  nous avons changé de mail : seretmedecine@gmail.com

En raison des spams qui nous sont envoyés par centaines nous ne mettons plus de lien direct sur l'adresse.
Il suffit de la recopier dans votre messagerie. 

Pour tout renseignement par courrier nous demandons de joindre à votre courrier
une enveloppe affranchie pour la réponse et le retour des documents. Adressez votre courrier à :

S.E.R.E.T. 310, rue Solferino 59000 LILLE. FRANCE

Webmaster : Jean-Marie LANDOUZY - ostéopathe - 310, rue Solferino 59000 LILLE FRANCE