S.E.R.E.T.

Société d'Etudes et de Recherches en Thérapeutiques.

Voir Video à https://www.youtube.com/my_videos?o=U

Vidéo sur la déglutition  par radio cinéma:  https://youtu.be/xsx2D62l3w4

 

 https://youtu.be/xsx2D62l3w4

 

BASES

TRAITEMENTS DU SADAM

PROFESSIONNELS ARTICLES

CONGRES ET FORMATIONS

 

  • ARTICLES DE R. FENART

LIVRES

DENTS ET ENFANTS

AUTRES PAGES

 

bases > psychologie

PSYCHOLOGIE ET S.A.D.A.M.

Nombre de personnes présentant un S.A.D.A.M. sont considérées comme des malades psychosomatiques. Cette considération est très pénible car il leur faut ajouter, à une détresse physique réelle, une détresse psychologique. Souffrir et être pris pour un malade (imaginaire) psychosomatique est encore plus pénible que de souffrir en étant reconnu.

La perturbation psychologique n'est pas en rapport, comme certains l'ont laissé entendre, avec des difficultés sentimentales ou sexuelles, mais avec les douleurs constantes qui minent le résistance du malade.

D'ailleurs nous n'avons jamais rencontré un cas de dysfonction temporo-mandibulaire qui ait été guéri par un psychiatre ou une psychothérapie. Ni un psychiatre qui se soit spécialisé dans le traitement du déséquilibre temporo-mandibulaire. Et pourtant il y a beaucoup de patients qui en souffre.

Le stress n'est pas un facteur causal mais un facteur aggravant ou déclenchant. Son action se situe au niveau des muscles manducateurs qui sont sollicités par le stress qui provoque le serrement des dents. Si l'équilibre de la mandibule est précaire les contractions musculaires des masséters liés au stress aggravent le déséquilibre existant et sont à même de révéler le S.A.D.A.M.

Nombre de nos patients ont retrouvé joie de vivre, entrain et dynamisme après guérison.

Notre mandibule fonctionne 24h/24h, car la déglutition s'effectue même la nuit, le bruxisme est surtout nocturne. La phonation, la mastication, le bâillement et des autres fonctions peuvent devenir de véritables supplices  lorsque les mouvements de la mandibule sont limités et douloureux.

Nous pensons que le S.A.D.A.M. n'a rien de psychologique. Si des praticiens ont tendance à culpabiliser leurs patientes c'est qu'ils n'ont pas compris la maladie et la détresse qu'elle engendre.

Effectivement les radiographies, scanner, I.R.M. et autres examens sont souvent très pauvres en signes pour expliquer les douleurs. Cela ne veut pas dire qu'elles n'existent pas.

Lorsque nous examinons un patient dont la pathologie est ancienne, la consultation est souvent longue,  car il ressent le besoin de raconter le calvaire subi depuis toutes ces années. Il veut convaincre que ses douleurs sont réelles. Lorsque, après un moment, nous lui disons que  nous le croyons et que nous pouvons même lui décrire certains symptômes oubliés, nous observons un soulagement sur le visage. Si sune personne de sa famille l'accompagne, nous lisons sur son visage de l'étonnement et un peu d'incrédulité. On lui a, si souvent, fait entendre que tout ceci était volontairement exagéré.

Par la suite, lorsque les douleurs s'améliorent, chacun retrouve sa place et la confiance renaît.

Nous demandons à l'entourage de ces personnes de les comprendre et de les aider à surmonter les étapes du traitement. Car plus la maladie est ancienne, plus le temps de traitement sera long. il faut être compréhensif et charitable.

Aider le patient au cours de son traitement

Le syndrome de Costen doit bénéficier de plusieurs thérapeutes car c'est une maladie complexe qui réclame des compétences multiples. En premier lieu le praticien qui effectue le diagnostic initial écoute l'historique de la dysfonction qui développe les manifestations, les douleurs, les traitements et leurs résultats. Il faut alors commencer l'examen selon le protocole suivant :

  •  La posture

  •  La déglutition

  •  L'occlusion dentaire

  •  L'architecture crânio-faciale

Au cours de cet examen il arrive que le patient revienne sur des épisodes ou des douleurs qu'il a "oubliés". il faut souvent arrêter le flot de parole en expliquant au patient le besoin de se concentrer pour mémoriser les données de l'examen, en faire la synthèse au fur et à mesure du recueil des informations.

Les examens para cliniques (radios, modèles, I.R.M. scanner) sont examinés après l'examen clinique. N'oublions pas que la para clinique est là pour confirmer ou infirmer les diagnostics posés par l'examen clinique.

Lorsque le bilan clinique et para clinique est terminé il faut expliquer au patient :

  • ce qu'il a

  • pourquoi il souffre d'autant de symptômes

  • pourquoi il va continuer de souffrir alors que le traitement sera en cours

  • pourquoi ce traitement sera long

  • les étapes de ce traitement : gouttière puis prothèses ou orthodontie ou tout élément qui devra être traité avant d'enlever la gouttière.

  • la nécessité de sa participation active notamment pour la correction de sa déglutition et le port de la gouttière

  • les périodes entre les réglages de la posture, de la déglutition et de la gouttière

On peut lui conseiller de pratiquer un peu de relaxation, de reprendre confiance en son corps.

Enfin, si le praticien sait le faire, reconditionner le patient par quelques techniques psychologiques telles que la programmation neurolinguistique ou plus simplement en le conseillant face aux problèmes familiaux et professionnels qu'il rencontre.

Il ne sert à rien de culpabiliser un patient, il faut, au contraire lui redonner confiance afin qu'il retrouve l'espoir de s'en sortir un jour.


Ce qui se trouve sur ce site est la propriété du S.E.R.E.T ne peut être copié ou utilisé sans autorisation écrite.

POUR NOUS CONTACTER  nous avons changé de mail : seretmedecine@gmail.com

En raison des spams qui nous sont envoyés par centaines nous ne mettons plus de lien direct sur l'adresse.
Il suffit de la recopier dans votre messagerie. 

Pour tout renseignement par courrier nous demandons de joindre à votre courrier
une enveloppe affranchie pour la réponse et le retour des documents. Adressez votre courrier à :

S.E.R.E.T. 310, rue Solferino 59000 LILLE. FRANCE

Webmaster : Jean-Marie LANDOUZY - ostéopathe - 310, rue Solferino 59000 LILLE FRANCE